Hall technologique

Cherbourg, France, 2008

Fiche Technique

Type

enseignement

Lieu

Cherbourg, France

Maître d’ouvrage

Communauté urbaine de Cherbourg

Maître d’œuvre

Architecture : enia architectes
Ingéniérie : IOSIS Centre Ouest
Etudes environnementales : Elioth

© photographies

Hervé Abbadie

Surface

1 400 m²

Montant

1,5 M€ HT

Programme

Construction d’un hall technologique dédié à la bio-corrosion : laboratoires, salles d’enseignement

Mission

Mission complète

Statut

livré

Date

2008

Approche environnementale

Enveloppe performante :
Limitation des ouvertures
Brise-soleil :
Vitrages basse émissivité
Confort visuel et thermique :
Orientation
Soleil
Vent
Gestion des eaux :
Récupération des eaux de pluie

Implantation sur le site

Un signal d’entrée, un bâtiment tourné vers l’Université
La particularité du site, outre un paysage remarquable, est double :

  • sa très grande dimension, comparée à la superficie du programme du hall de technologie.
  • ​l’implantation éventuelle d’activités futures sur le reste du site, dont le programme exact demeure aujourd’hui inconnu.
  • c’est pourquoi nous avons choisi simultanément :
  • une géométrie très longitudinale, qui structure, par sa longueur et le dénivelé qu’elle révèle, le territoire
  • une position dans l’angle nord-ouest du terrain, afin de libérer le maximum de surface, pour la deuxième tranche d’une part, et les éventuels futurs bâtiments d’autre part

Cette position confère au bâtiment un rôle de signal : il marque l’entrée du site, sur lequel se construiront à l’avenir (ou simultanément comme c’est le cas pour la halle des sports), d’autres entités en lien avec l’Université.
Le hall de technologie doit donc à la fois marquer sa présence dans la perception que l’on a du site depuis l’extérieur, et être résolument tourné vers l’université et les autres futurs bâtiments.

Ainsi, dans notre projet :

  • La perception depuis l’extérieur est marquée par la façade nord du projet : celle-ci constitue une longue ligne horizontale qui souligne la pente descendante du terrain, et forme à son extrémité la tête du bâtiment, sur deux niveaux (le choix d’une construction en R+1 contribue à la lisibilité de l’édifice dans son environnement) 
  • L’entrée du hall se situe sur la façade sud : elle est donc tournée vers le futur site universitaire, ce qui permettra de réaliser des aménagements extérieurs (stationnement par exemple) cohérents avec ceux des autres bâtiments. En outre, elle permet une liaison piétonne évidente entre le hall et le reste de l’université.  

Révéler la topographie :
Une des caractéristiques principales du terrain est qu’il possède une topographie relativement marquée, mais, paradoxalement, assez peu perceptible aujourd’hui (du fait notamment de la végétation assez importante).
Or l’insertion réussie d’un bâtiment dans un site doit permettre d’en révéler les particularités : le hall de technologie doit selon nous souligner les caractéristiques topographiques du lieu.
En effet, la position du bâtiment perpendiculaire à la pente permet d’affirmer celle-ci, et de l’utiliser de manière efficace : volume soulevé marquant l’entrée, locaux techniques sous le hall accessibles depuis l’extérieur, quai de déchargement, etc.
Par ailleurs, le traitement des espaces extérieurs, la rampe d’accès au hall d’entrée, sont autant d’éléments qui contribuent à mettre en valeur la pente naturelle du terrain.

Identité architecturale
Nous avons conçu le hall de technologie comme un élément à la géométrie simple et pure, dont on perçoit le volume surélevé depuis une altimétrie plus basse, qui accentue encore sa présence et la fonction de signal qu’il joue.
Par ailleurs, l’une des problématiques importantes du projet est la cohérence globale du site universitaire : nous avons donc cherché une certaine continuité formelle avec le bâti existant sur ce site.

Séquence d’entrée :

  • le visiteur arrivant en voiture perçoit dans un premier temps le bâtiment dans toute sa longueur (façade nord), et la pente du terrain que celui-ci met en valeur.
  • il contourne le volume décollé du sol, pour accéder au parc de stationnement : il perçoit alors de nouveau le bâtiment dans sa globalité (façade sud cette fois)
  • une légère rampe le mène ensuite depuis le parking jusqu’à l’entrée du bâtiment : sur sa droite, le terrain descend pour se glisser sous le volume surélevé, et créer un espace extérieur protégé du vent. Il longe, sur sa gauche, la façade du plateau technique et de ses espaces annexes.

Façades et matériaux :

Nous avons cherché, dans le choix des matériaux et de la conception de l’enveloppe, à renforcer l’image de l’établissement :

  • les lignes épurées de notre projet expriment selon nous la précision et la modernité nécessairement liées à une activité de recherche scientifique.
  • l’emploi de la pierre véhicule l’image de pérennité et de solidité de l’institution

La façade sud est la façade d’entrée : elle forme une composition de plans opaques en parement de pierre calcaire locale (pierre de Creuilly). Ces plans, qui se décollent du béton enduit blanc, rythment la façade de Corrodys, et marque l’entrée : celle-ci s’effectue entre la longue paroi blanche du plateau technique et le parement minéral de la façade du hall.
Les parties vitrées sont protégées par des brise-soleil horizontaux blancs, pour assurer un confort visuel et thermique.
Les façades est et ouest sont formées de parois en béton enduit blanc percées de longues fenêtres horizontales.
La façade nord est en grande partie vitrée : son orientation permet l’emploi de larges baies par assurer une lumière naturelle constante et agréable. La présence ponctuelle du parement de pierre de Creuilly assure une cohérence formelle de l’ensemble du bâtiment.