Projet sirius

Seine et Marne, France, 2010

Fiche Technique

Type

informatique

Lieu

Seine et Marne, France

Maître d’ouvrage

Confidentiel

Maître d’œuvre

Architecture : enia architectes
Ingénierie : IOSIS
Paysage : Géovision

Chef de projet : Julien Bérujeau
Assistants : Thibault Gaborel, Sébastien Souan

© photographies

Jérôme Epaillard

Surface

12 000 m²

Montant

50 M€ HT

Programme

Construction d’un centre informatique (3100m² serveurs)

Mission

Mission complète

Statut

livré

Date

2010

Le projet Antares est destiné à sécuriser le fonctionnement des systèmes d’Information d’un important établissement bancaire. Il se compose de deux centres de calculs conçus par l’agence, sur deux sites distants de 40km.

Le bâtiment « Sirius » est l’un de ces deux centres. L’enjeu réellement passionnant de ce double projet est de proposer, à partir d’un schéma de fonctionnement rigoureusement identique, une réponse propre à chacun des sites. De fait, les deux centres, dans leur morphologie comme dans le choix de leurs matériaux, sont des projets fondamentalement différents.

Le centre de calcul se compose de trois grandes zones :

  • une zone informatique, destinée à l’hébergement des serveurs
  • une zone technique, très importante en surface, abritant les infrastructures (électriques et frigorifiques) qui alimentent les salles de serveurs
  • une zone logistique et tertiaire, formée des quelques bureaux et locaux de maintenance nécessaires au fonctionnement du centre

Ce site est le miroir du projet VEGA. Dans une unité projectuelle, les bâtiments informatiques seront lus comme autonomes, assumant leur massivité et répondant à une logique formelle propre. Cette logique devra être en mesure de se répéter trois fois, dans l’hypothèse de la construction des trois tranches.

Le parti que nous avons retenu pour le centre Sirius, consiste à décomposer la massivité des volumes en un jeu de plans pliés et de volumes translucides :

  • le grand volume de la zone informatique et technique, dont la hauteur importante est déterminée par les acrotères masquant les équipements frigorifiques en toiture, est traité en deux boîtes translucides en verre armé (reglit), en lévitation sur un soubassement en béton noir. Celui-ci se retourne sur les deux façades longitudinales, créant un arrière-plan sombre au long voile de béton brut blanc coulé en place qui constitue la galerie de liaison. Celui-ci est percé d’une multitude aléatoire de petites ouvertures. Les volumes de verre armé créent de jour une lumière opalescente, et sont rétro-éclairées de nuit sur toute leur surface, constituant ainsi deux signaux très forts et mystérieux, perceptibles de loin dans l’obscurité.
  • une longue ligne horizontale pour le bâtiment tertiaire : un U de béton blanc permet de soulever légèrement le volume des bureaux, dont la façade se compose de vitrages clairs et d’une imposte continue en verre armé. Le vocabulaire de la zone informatique se décline ainsi, à une échelle moins monumentale, sur la façade de l’entrée principale du site.

L’une des problématiques majeures du projet est la question de l’opacité, et de l’expressivité qu’on lui confère. Toute une gamme de bétons a été employée, afin de décomposer la volumétrie du bâtiment tout en conservant la cohérence de l’ensemble : béton de différentes teintes (soit blanc, soit plus sombre, soit noir pour les parties en soubassement), et emploi de traitements de surface différenciés (matricé, lisse, enduit ou pigmenté).

L’opération Antares est projet pilote HQE auprès de Certivea (CSTB) dans le cadre de l’élaboration du référentiel HQE Data Center.