Calar

Seine et Marne, France, 2005

Fiche Technique

Type

informatique

Lieu

Seine et Marne, France

Maître d’ouvrage

Calar

Maître d’œuvre

Architecture : enia architectes
Ingénierie : IOSIS 

Chef de projet : Mehdia El Hassani

© photographies

Olivier Wogenscky

Surface

5 500 m²

Montant

17 M€ HT

Programme

Construction d’un centre de calcul (2100 m² serveurs)

Mission

Mission complète

Statut

livré

Date

2005

Le centre de traitement informatique abrite au sein d’un monolithe très régulier les trois fonctions majeures du programme :

  • la zone informatique qui comprend six salles et leurs galeries techniques, ainsi qu’une salle de pilotage de secours,
  • la zone technique située à l’arrière du bâtiment, intégrant les locaux de maintenance
  • la zone tertiaire et logistique, implantée sur la façade d’entrée : elle comprend le poste central de sécurité, des espaces de stockage, de bureaux et de locaux sociaux pour le personnel d’exploitation

Centre nerveux du bâtiment, les salles informatiques sont implantées au cœur de l’emprise constructible du terrain. Les locaux techniques, conçus de façon symétrique, permettent la distribution aisée des fluides. Leur positionnement côté ouest  a permis de libérer la façade de la voie d’accès pour l’implantation des bureaux et du poste de sécurité à l’angle du projet. Celui-ci se situe dans une avancée du bâtiment, dont le volume soulevé vient marquer l’entrée principale.

Le parti architectural souligne à la fois la technicité du process hébergé, tout en affirmant son caractère confidentiel et hautement sécurisé : l’unicité de matériau, la pureté géométrique du volume, et la faible quantité d’ouvertures, contribuent à évoquer la « boîte noire » de la technologie informatique.

Les façades sont ainsi revêtues de modules de verre émaillé, qui contrebalancent la brutalité des opacités de grande dimension. On y décèle une profondeur, des reflets de ciel et de végétation. Cette vêture est précisément calepinée, afin de conférer à ce bâtiment isolé une plasticité qui assume son autonomie et son caractère monolithique.